Qui suis-je?

Qui suis-je?

Bonjour, 

Je m’appelle Céline, j’ai 34 ans. J’étais professeur des écoles pendant 11 ans.

En 2013, tout a basculé. 

Je vais vous expliquer comment la pédagogie Montessori a changé ma vie et pourrait bien changer la vôtre. 

Une maman que j’avais rencontré à l’hôpital a repris contact avec moi, quand ma fille cadette avait 2 ans. Je lui ai parlé de son handicap au niveau moteur et de nos difficultés quotidiennes. 

Elle m’a posé une question, LA question : Comment envisages-tu l’avenir? Montessori?

Ces 9 neuf lettres ont été le point de départ de ma réflexion. 

J’ai dévoré les livres de Maria Montessori, Catherine Gueguen, Isabelle Filliozat, Donna Bryant Goertz, Faber et Mazlich, Haim Ginott, Thomas Gordon et bien d’autres encore.

LA TRANSITION

A partir de ce jour-là, je ne me suis plus arrêtée de chercher. J’y ai passé un nombre d’heures incalculable mais quand on aime, on ne compte pas. J’ai commencé par lire les livres DE Maria Montessori et non pas les livre SUR Maria Montessori. Certains ont bien compris qu’ils pourraient gagner de l’argent en écrivant Montessori sur un gros cahier qui n’a que de nom Montessori. J’ai fait plusieurs petites formations qui m’ont confirmées que j’étais dans la bonne direction, j’ai observé plusieurs classes 3-6 ans. Bref, je ne pouvais plus m’arrêter. Parallèlement, ma fille aînée Agathe, souffrait à l’école. Alors, j’ai débarrassé toutes les branches sur notre chemin pour pouvoir lui offrir une alternative. Je ne pouvais pas laisser sa petite flamme s’éteindre. C’était inconcevable.

Je lui présentais du matériel Montessori à la maison pour répondre à son besoin d’explorer le monde .

Mais la pédagogie Montessori ne se résume pas au matériel. Il y a toute cette philosophie qui est l’essence même de cette pédagogie. Alors, je me suis retrouvée sur le chemin de la parentalité bienveillante, j’ai participé à des rencontres de parents avec une formatrice qui nous partageait les outils de Faber et Mazlich, deux américaines qui ont écrit, entre autres, « écouter pour que les enfants parlent, parler pour que les enfants écoutent ». 

Je préfère parler de parentalité consciente aujourd’hui.

Je continuais d’avancer sur ce chemin, en me retrouvant parfois sur le bas côté. Eh oui, mes automatismes revenaient au galop. Mon impatience, qui me caractérise si bien, voulait que j’y arrive tout le temps et à la perfection!

J’ai pris quelques chemins de traverse avec la découverte des écoles démocratiques, les écoles du 3ème type et les apprentissages autonomes. 

En décembre 2016, après de nombreuses tentatives au sein de l’éducation nationale pour modifier les choses en profondeur, je ne pouvais plus attendre. Mon enthousiasme était parti, ma petite flamme à moi aussi était en train de s’éteindre. Je pourrais même parler de souffrance. Imposer des choses à mes élèves qui allaient contre mes convictions et ne pas pouvoir leur offrir des conditions d’apprentissages dignes de ce nom était devenu trop insupportable. 

Alors, je suis partie.

 

NOUVELLE VIE

J’ai continué d’accompagner des enfants, évidemment, mais plus au sein d’une école. Cela me permet de respecter leur rythmes, de les aider à avoir confiance en eux, de les rendre acteurs de leurs apprentissages, de développer leur autonomie… Toutes ces choses qui me tiennent tant à coeur. 

Je propose une alternative à l’école ordinaire, sans m’appeler « école ».

Ensemble, sur ce blog, nous allons découvrir une autre façon de communiquer avec les enfants, leur permettant de tisser une relation fondée sur le respect et la bienveillance.

Aucun adulte ne se dit : j’ai envie de le rendre malheureux cet enfant. Je vais profiter de chaque occasion aujourd’hui pour crier, harceler et humilier mon enfant. Notre façon de réagir n’est pas sans conséquence, elle affecte la personnalité de l’enfant et son image de soi.

Même les parents affectueux et bien intentionnés blâment, humilient, accusent, se moquent, menacent, manipulent, étiquettent, punissent…

On n’a pas forcément conscience du pouvoir destructeur des mots. Souvent, on reproduit ce que l’on a vécu. Et c’est un manque de connaissance et de compréhension qui sont en cause. 

Les enfants ne peuvent pas changer les adultes qui les accompagnent si ces derniers comptent uniquement sur l’amour et le bon sens. Tout comme les chirurgiens, les parents, les professeurs des écoles, les animatrices de centre de loisirs, les assistantes maternelles (toutes les personnes qui accompagnent des enfants) ont besoin de maîtriser des habiletés particulières pour acquérir des compétences nécessaires pour faire face aux demandes des enfants.

 

Depuis décembre 2016 :

  • j’ai crée un blog pour partager mes vidéos sur la parentalité consciente et l’éducation (24 vidéos)
  • j’ai obtenu l’agrément d’assistante maternelle et j’accueille des enfants non-scolarisés à mon domicile
  • je propose des ateliers apprendre autrement (3-11 ans) basés principalement sur la pédagogie Montessori mais pas que… les samedis matins et les vacances scolaires
  • j’ai organisé une campagne de financement participatif pour développer mes ateliers apprendre autrement
  • j’ai élaboré une méthode de grammaire sur la nature des mots
  • j’ai commencé à écrire un livre
  • j’ai écrit un album pour enfant (à la recherche d’un éditeur)
  • j’ai continué à me former de manière autodidacte et d’assister à des conférences.
  • j’accompagne mes filles dans leurs apprentissages à la maison 
  • j’ai rejoint l’association médiation 3D qui accompagne les parents sur le chemin d’une parentalité plus consciente et respectueuse

 

Bref, vous l’aurez compris, en 15 mois, j’ai déployé une énergie folle pour accompagner les enfants d’une manière qui correspond à mes convictions. 

Je souhaite dédier ma vie à ma passion.