Comment les enfants réagissent face au contrôle?

Comment les enfants réagissent face au contrôle?

Vidéo n°5

Comment les enfants réagissent face au contrôle ?
Pour commencer cette vidéo, je vous invite à vous replonger dans vos souvenirs. Essayez de vous rappeler quand vous étiez enfant, une fois où vous avez été puni. Quels sentiments vous aviez ressenti ? Comment aviez-vous réagi ?
Vous pouvez mettre sur pause quelques minutes le temps d’y réfléchir. Moi, j’avais ressenti de la colère et envie de me venger.
Quand les adultes cherchent à contrôler les enfants, ils emploient des mécanismes d’adaptation : ils résistent, se révoltent, se vengent, contre-attaquent, frappent, mentent, rapportent, renoncent, se replient sur eux-mêmes, méprisent les adultes, tombent malades, trichent…
Avec une liste comme ça, on se demande pourquoi employer le pouvoir. En utilisant le pouvoir, on crée les comportements qu’on déteste le plus.
Les enfants ont 3 types de réaction possibles : une réaction de combat, de fuite ou de soumission. Ça mine les relations entre parent et enfant. La conséquence la plus tragique, c’est que ces parents autoritaires perdent leurs enfants.
Ces luttes de pouvoir interminables, ça fatigue tout le monde et quand ils grandissent, ils « divorcent » psychologiquement d’avec leurs parents.
Ils n’en peuvent plus et passent de moins en moins de temps à la maison. Les plus intrépides peuvent même partir. Ou parfois, certains parents rejettent leurs enfants lorsqu’ils ne peuvent plus les contrôler. « Tant que tu seras dans MA maison, tu obéiras à MES règles. Si t’en es pas capable, t’as qu’à faire tes valises ». En fait, ils expulsent leurs enfants.
En tant que parent, ce que l’on craint le plus, c’est que nos enfants aient des soucis avec la justice. On pourrait se dire qu’en les punissant et en leur inculquant la notion du bien et du mal et le respect de l’autorité, ça va marcher mais non.
En étant violent avec eux, on prendrait le risque qu’ils soient violents à leur tour.
Dans le documentaire sur Loczy qu’on a regardé en formation, une femme expliquait que les bébés touchent les autres de la manière dont ils sont eux-mêmes touchés et comme les nurses étaient très douces, les bébés aussi étaient doux entre eux.
Un enfant à qui on a crié dessus et à qui on a imposé plein de choses et mis dans cette posture dominant-dominé, il reproduira la même chose. Thomas Gordon dit même que des recherches prouvent que ça provoque chez eux un comportement délinquant ou criminel.
On ne respecte pas l’individu en tant que sujet et on entrave son autonomie.
Avec un adulte qui est agressif et qui dépasse les limites. Qu’est-ce qu’on va faire ? On va essayer de comprendre ce qui lui arrive, on va être à son écoute. Il aura droit à un avocat s’il a commis une faute grave. Mais avec un enfant qui est agressif, on fait quoi ? On le punit. Et on ne cherche pas forcément à comprendre ce qui lui arrive. Il n’a pas d’avocat lui.
La discipline et les punitions causent du tort aux enfants sur le plan émotif. Nos enfants vont grandir et deviendront des adultes qui auront eux-mêmes des enfants et ainsi de suite.
C’est en prenant conscience de ça que j’ai eu envie de contribuer et participer au changement d’un monde meilleur. Ça sera juste une petite goutte d’eau mais plein de gouttes d’eau ensemble, ça fera une rivière, puis un fleuve, puis un océan. Comme le petit colibri.
On peut comparer la France et la Suède sur ce sujet. En France, le nombre de détenus a atteint un nouveau record en 2103 avec plus de 68000 prisonniers alors qu’en Suède, ils ferment des prisons parce qu’il n’y a plus assez de détenus. 5722 détenus au maximum en 2004. Le nombre chute. Il y a moins d’habitants en Suède qu’en France mais on voit une grosse différence quand même. On pourrait se demander de quoi vient cette différence ?
En Suède, il y a une loi qui interdit les fessés et les violences éducatives ordinaires depuis 1979 donc ça fait 38 ans. Nous on a failli l’avoir fin 2016 cette loi mais non, ils sont revenu en arrière. Le gouvernement ne mesure pas les conséquences mais vous, vous commencez à comprendre tout ce que cela implique donc on ne va pas attendre que la loi passe pour commencer. On va commencer tout de suite.
Dans la prochaine vidéo, on verra quelles options on a pour développer l’auto-discipline chez les enfants.

Et là, on parlait de la délinquance mais il y aussi deux autres risques : l’alcool et la drogue.
De tous les jeunes qui essaient l’alcool ou la drogue, y’en a que 5 à 10% qui deviennent accros et ne peuvent plus s’arrêter. Les jeunes qui font preuve d’auto-discipline ne prennent pas le risque de perdre tout ce qu’ils ont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *